Charles Herbert LIGHTOLLER

(30-03-1874 - 08-12-1952)

2ème Officier


Charles Lightoller est un marin britannique. Issu d'une famille travaillant dans l'industrie du coton, il choisit une autre voie et devient marin. Sa formation est troublée par des tempêtes et un naufrage. Par la suite, Charles Lightoller connaît une vie aventureuse, cherchant de l'or dans le Yukon, devenant cow boy puis vagabond. Il s'engage finalement au service de la White Star Line.

En avril 1912, il est deuxième officier à bord du Titanic. Lorsque le paquebot coule, il est chargé de diriger l'évacuation des canots du côté bâbord du navire. Lorsque le paquebot s'enfonce, une lame l'emporte jusqu'à une embarcation. Il est de fait l'officier le plus gradé à avoir survécu au naufrage du paquebot. Il quitte peu après la compagnie, ayant peu d'opportunités d'avancement. Durant la Première Guerre mondiale, Charles Lightoller commande un navire de guerre.

Par la suite, il quitte le monde maritime et se consacre à différentes affaires. Dans les années 1930, il écrit "Titanic and other ships", ses mémoires. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il aide au repli de l'armée britannique piégée à Dunkerque grâce à son yacht. Il meurt suite à des problèmes cardiaques.

Charles Lightoller est né à Chorley, Lancashire, Angleterre. Sa mère, Sarah Lightoller, meurt peu après sa naissance. Comme il le dit dans ses mémoires, rien ne le destinait à devenir marin puisque sa famille travaillait dans le coton. Il s'engage cependant dans la marine à l'âge de treize ans. Après un premier voyage, il navigue sur le Holt Hill qui connaît plusieurs incidents. Dans une tempête, le navire perd un mât et doit être réparé à Rio de Janeiro en pleine révolution, le tout aggravé par une épidémie de variole. Remis en état, le navire perd à nouveau un mât dans une tempête et s'échoue le 19 novembre 1889 sur St Paul, une île déserte de l'Océan Indien. Le commandant en second du navire est tué dans l'accident, et les rescapés ne sont secourus que neuf jours plus tard. Ses malheurs ne s'arrêtent pas là puisqu'il survit à un cyclone entre Londres et Calcutta. En 1895, il quitte la marine à voiles avec un certificat d'officier, et s'engage dans la marine à vapeur pour l'Elder Dempster's African Royal Mail Service. Trois ans plus tard, il est presque terrassé par la malaria.

Il part ensuite prospecter dans le Yukon, puis, n'ayant pas réussi à prospérer en tant que chercheur d'or, devient cow-boy, puis vagabond. Il rentre finalement en Angleterre en servant comme gardien de bétail sur un navire. Il passe ensuite son brevet de capitaine et s'engage pour la White Star Line en 1900. Il sert tout d'abord sur le Medic, à destination de l'Afrique du Sud et de l'Australie, en tant que quatrième officier, puis assure un service transatlantique à bord du Majestic sous les ordres d'Edward John Smith. Il sert également comme troisième, puis premier officier à bord de l'Oceanic.

Charles Lightoller est ensuite choisi comme premier officier à bord du Titanic. Il participe aux essais en mer du paquebot, puis à son voyage entre Belfast et Southampton. Cependant, le 9 avril 1912, la veille du départ, Henry Wilde est choisi comme commandant en second par la White Star Line. Il remplace à ce poste William Murdoch qui remplace Charles Lightoller au poste de premier officier. En effet, la compagnie préfère affecter trois officiers séniors ayant servi sur le sister-ship du Titanic, l'Olympic, au lieu de deux. Or, Charles Lightoller n'a jamais servi sur l'Olympic; il prend donc le poste de deuxième officier à la place de David Blair, qui quitte le navire. L'ordre des officiers juniors reste inchangé.

Le jour du départ, Charles Lightoller et Henry Wilde se tiennent sur le pont avant pour superviser les manoeuvres. Officier sénior le moins gradé, Charles Lightoller assure durant la traversée les veilles de 6 à 10 heures, et de 18 à 22 heures. Sa cabine se trouve à bâbord du quartier des officiers, entre celle du premier officier William Murdoch et celle du troisième officier Herbert Pitman.

Le 14 avril 1912, Charles Lightoller est de quart entre 18 h et 22 h. Vers 21 h 20, il s'entretient avec le commandant Edward John Smith sur la passerelle, qui lui demande à être prévenu au moindre problème. Puis, le commandant quitte la passerelle et se retire dans sa cabine. À 21 h 30, Charles Lightoller ordonne à James Moody, le sixième officier du Titanic, de téléphoner aux veilleurs du nid-de-pie, afin d'attirer leur attention sur la présence éventuelle de petits champs de glace. À 22 heures, Charles Lightoller est relevé par William Murdoch. Les deux hommes se tiennent sur la passerelle quelques minutes et Charles Lightoller fait son rapport à William Murdoch, en l'informant des divers ordres de navigation. Les deux hommes passent en revue les ordres de vitesse, de trajectoire et de sécurité, tout en discutant des qualités techniques du paquebot. Puis, Charles Lightoller part faire sa ronde, avant de retourner dans sa cabine.

Lorsque la collision survient à 23 h 40, il est sur le point de s'endormir. Alerté par les vibrations, il se rend, en pyjama sur le pont, en compagnie du troisième officier Herbert Pitman. Le froid le contraint rapidement à regagner sa cabine. Vers 23 h 50, le quatrième officier Joseph Boxhall l'informe de l'accident. Charles Lightoller lui annonce être au courant d'une collision, ayant senti des vibrations. Joseph Boxhall conclut en lui annonçant que la cale postale est sous l'eau. Puis, Charles Lightoller s'habille rapidement et se rend sur le pont.

Par la suite, vers minuit, le commandant Edward John Smith fait rassembler l'équipage. Charles Lightoller est alors affecté au remplissage des canots du côté bâbord du navire. Malgré la faible présence de passagers sur le pont, il commence par charger le canot no 4, sans succès, les vitres du pont A étant closes. Il s'occupe donc du canot no 6 dans lequel il fait monter 25 femmes et enfants. Devant le manque d'hommes d'équipage dans le canot, il laisse un passager, Arthur Peuchen, embarquer dans le canot pour aider aux manoeuvres. Arthur Peuchen est le seul homme a recevoir une telle autorisation de Lightoller durant toute la soirée.

Pendant ce temps, le commandant en second Henry Wilde se rend à bâbord afin de demander à Charles Lightoller où sont rangées les armes à feu. Or, William Murdoch n'a été nommé premier officier que la veille du départ, il ne sait donc pas où sont entreposées les armes. Charles Lightoller, au contraire, a été jusqu'à sa rétrogradation premier officier du Titanic. Il indique donc que les armes à feu sont rangées dans sa cabine originelle. Les trois hommes et le commandant Edward John Smith se rendent alors dans la cabine de William Murdoch, et Henry Wilde confie à Charles Lightoller son arme de service. Lorsque Charles Lightoller retourne sur le pont, il croise le couple de première classe Ida et Isidor Straus. Il propose alors à Ida de l'accompagner vers un canot de sauvetage, mais celle-ci décline son offre.

Puis, Charles Lightoller continue le chargement des embarcations de sauvetage. Il s'occupe du canot no 8, situé juste à côté du no 6, dans lequel embarquent 28 passagers. Puis, il se rend vers l'arrière du navire, où un grand nombre de passagers de deuxième classe occupent leur pont promenade. À l'aide du cinquième officier Harold Lowe et du sixième officier James Moody, il charge les canots no 10, 12, 14 et 16. Alors que le canot no 14 descend le long de la coque du Titanic, Harold Lowe tire trois coups de feu pour dissuader les passagers de sauter dans le canot. Après le chargement du canot no 16 à 1 h 35, Charles Lightoller retourne vers l'avant du navire, où demeurent les canots no 2, 4, ainsi que les radeaux B et D. Alors que le quatrième officier Joseph Boxhall embarque dans le canot n°2, Charles Lightoller reprend le chargement du canot no 4. Il croise par la suite le commissaire de bord, Hugh McElroy, son adjoint, ainsi que le chirurgien de bord et son assistant. Malgré les circonstances, le médecin s'autorise une plaisanterie, en demandant à Charles Lightoller s'il n'a pas de la fièvre. Puis, ils se serrent la main et le médecin déclare : "Au revoir".

Selon le chef steward de deuxième classe, rescapé dans le radeau D, Charles Lightoller a embarqué avec lui dans le radeau. Henry Wilde a demandé si le canot était prêt et a voulu y faire embarquer Charles Lightoller, mais l'officier a décidé de retourner sur le navire et de laisser sa place à un autre. Durant tout le naufrage, aucun des canots de bâbord ne part rempli.

Il réussit par la suite à dégager le radeau B avant d'être précipité dans l'eau. Une vague le repousse finalement sur le radeau, qui flotte retourné. En tout, une trentaine de personnes y trouvent refuge, et Charles Lightoller parvient, tant bien que mal, à conserver un certain équilibre à l'embarcation. Au petit matin tous les occupants du canot sont recueillis par le canot no 12. Charles Lightoller est le dernier rescapé à monter sur le carpathia. Il témoigne ensuite devant les commissions d'enquête en défendant du mieux qu'il peut la White Star Line.

Il reprend ensuite du service pour la White Star Line, en tant que premier officier sur l'Oceanic. Durant la Première Guerre mondiale, il devient lieutenant de la Royal Navy, servant d'abord sur l'Oceanic, transformé en croiseur auxiliaire. Le navire sombre en 1914, et Charles Lightoller participe à l'évacuation du paquebot. En 1915, il sert comme second capitaine durant les essais du Campania, un autre ancien transatlantique, transformé en porte-avions (le premier de la Royal Navy). Ensuite il prend son premier commandement, d'abord sur un navire lance-torpille puis sur un destroyer. Il obtient durant la guerre, à deux reprises la Distinguished Service Cross ainsi que le grade de Commander (équivalent britannique du capitaine de frégate).

Après la guerre, bien qu'ayant défendu loyalement la White Star Line et ses employés dans les enquêtes sur le naufrage du Titanic, Charles Lightoller découvre vite que les possibilités d'avancement dans la compagnie sont faibles comme pour tous les autres membres d'équipage ayant survécu au naufrage du Titanic. Après être resté un temps commandant en second du Celtic, il démissionne le 14 février 1920. Il se lance dans la spéculation immobilière et y connaît quelques succès.

Au début des années 1930, il écrit ses mémoires, "Titanic and Other Ships" qu'il dédie à son épouse "qui l'a poussé à le faire". Ce livre, après quelques problèmes, se vend bien. Il est cependant retiré des rayonnages quand la compagnie Marconi le menace de poursuites judiciaires, à cause de ses commentaires sur le naufrage du Titanic et le rôle des opérateurs radios.

En 1929, il achète un navire qu'il restaure et que son épouse nomme Sundowner. Il l'utilise par la suite pour l'évacuation de Dunkerque, permettant le sauvetage de 130 soldats britanniques. Après la Seconde Guerre mondiale, il gère un petit chantier naval, Richmond Slipways, à Londres, qui construit des vedettes pour la police fluviale.

Charles Lightoller meurt à l'âge de 78 ans d'une maladie cardiaque.

(Source : Wikipedia)