LA DEMOLITION

1935 / 1937

Jarrow - ANGLETERRE et Inverkeithing - ECOSSE


La situation économique pousse la compagnie à se séparer de nombreux navires au début des années 1930, notamment le Megantic, l'Arabic et les Big Four (Celtic, Cedric,Batic, et Adriatic). Arthur Neville Chamberlain, alors Chancelier de l'Échiquier, déclare à la même époque avoir pour but d'utiliser la construction du futur Queen Mary « comme levier pour pousser la White Star Line et la Cunard à fusionner, pour établir ainsi une puissante firme britannique dans l'Atlantique nord ». C'est chose faite le 10 mai 1934.

1934 est par ailleurs une année désastreuse pour le trafic maritime. Le nombre de passagers, qui dépassait jusque là le million chaque année, est cette fois-ci de 460.000. Le 15 mai de cette même année, l'Olympic, sous le commandement de John Binks, heurte à nouveau un navire. Il s'agit cette fois du bateau-feu de Nantucket, qu'il brise en deux. Cette seconde collision envoie par le fond le LV-117, engloutissant sept personnes avec lui. La Cunard-White Star doit de fait payer un nouveau bateau-feu, le LV-112 à la marine américaine.

À la suite de leur fusion, les deux compagnies se retrouvent avec un nombre de navires trop important. L'Homeric est retiré du service en 1934, de même que le Mauretania. Le sort de l'Olympic ne fait donc plus de doute. Le 5 avril 1935, le navire quitte New York pour la dernière fois. Les croisières qu'il doit effectuer l'été suivant sont annulées.

Il est un temps envisagé de convertir l'Olympic en hôtel flottant dans le sud de la France, mais le projet ne se réalise pas. Le navire est partiellement démonté à Jarrow en Angleterre. En 1937, il est remorqué jusqu'à Inverkeithing en Écosse pour démantèlement. Les boiseries intérieures qui l'ornaient sont vendues aux enchères.