RMS QUEEN ELIZABETH
SEAWISE UNIVERSITY

Cunard Line


Longueur : 1031 Feet / ± 314.2 Mètres
Largeur : 118 Feet / ± 36 Mètres
Tonnage : 83673 Tonnes
Vitesse : ± 26 Noeuds
Construction : 4 Décembre 1936
Lancement : 27 Septembre 1938
Voyage inaugural : 03 Mars 1940
Fin de service : 1968
Raison : Incendié le 09 Janvier 1972
Lieu : Port Victoria à Hong Kong
Passagers de 1ère classe : ??? |
Passagers de 2ème classe : ??? | 2283 au total
Passagers de 3ème classe : ??? |
Membres d'équipage : 1000 environ


Le jour ou le Queen Mary partit pour son voyage inaugural, le Président de la Cunard White Star, Sir Percy Bates, informa ses architectes qu'il était temps de commencer à concevoir le deuxième navire prévu sous le nom de coque N° 552. Le contrat officiel entre la Cunard White Star et le gouvernement fut signé le 6 Octobre 1936.

Le Queen Elizabeth bénéficia d'améliorations par rapport au Queen Mary, dont une réduction du nombre de chaudières (douze au lieu de vingt-quatre), et d'une cheminée en moins pour accroître la surface du pont, du fret et des passagers. La forme de la coque fut affinée, et l'étrave inclinée lui octroya dix pieds de plus que le Queen Mary.

Le Queen Elizabeth fut construit sur la cale N° 4 des chantiers John Brown & Company de Clydebank en Écosse. Au cours de sa construction, il fut plus communément appelé sous son numéro de chantier, coque N° 552. Les intérieurs furent conçus par une équipe d'artistes dirigés par l'architecte Wornum George Grey. Le calendrier de la Cunard White Star prévoyait que le navire soit lancé en Septembre 1938, et que ses aménagements soient prêts pour entrer en service au printemps 1940. La Reine elle-même célébra la cérémonie du lancement le 27 Septembre 1938. Il était prévu que le 23 Août 1939, le Roi et la Reine visiteraient le navire et que le 24 Avril 1940 il effectuerait son voyage inaugural. En raison de l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, ces deux dates furent reportées.

Le Queen Elizabeth reçu ses aménagements jusqu'au 2 Novembre 1939, et le Ministère de la Marine lui délivra son permis d'aptitude à la navigation. Le 29 Décembre ses moteurs furent testés pour la première fois. Deux mois plus tard, la Cunard White Star reçu une lettre de Winston Churchill, Premier Lord de l'Amirauté, ordonnant au navire de quitter Clydeside dès que possible et « de se tenir loin des îles Britanniques jusqu'à nouvel ordre. »

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Queen Elizabeth étant indispensable pour l'effort de guerre, il ne devait pas être repéré par des espions Allemands opérant dans la région de Clydebank. Par conséquent, une ruse fut mise en place afin qu'il puisse compléter discrêtement son armement à Southampton. Un facteur incitant le Queen Elizabeth au départ était la nécessité de libérer le quai du chantier naval pour faire place au cuirassé HMS Duke of York, qui en avait besoin pour terminer son armement. Seul cet emplacement pouvait accueillir le cuirassé de la classe King George V.

Un autre facteur également important qui imposait la date du départ du navire était qu'il n'y avait que deux grandes marées dont le niveau d'eau serait assez élevé pour que le Queen Elizabeth puisse quitter le chantier de Clydebank, sachant que les renseignements Allemands étaient au courant de ce fait. Une équipe minimale de quatre cent personnes furent affectés au voyage, la plupart devaient le faire jusqu'à Southampton à bord de l'Aquitania. Les pièces furent expédiées à Southampton, et les préparatifs pour l'accueillir en cale sèche furent planifiés. Les noms des employés des chantiers navals John Brown & Company furent utilisés pour réserver les hôtels locaux de Southampton afin de créer une fausse piste, et le capitaine John Townley fut nommé Premier Maître. John Townley avait précédemment commandé l'Aquitania lors d'un voyage, et plusieurs petits navires de la Cunard White Star avant cela. Son équipage et lui furent informés juste avant leur départ par un représentant de la Cunard White Star, qu'ils pourraient être loin de leur famille pour un maximum de six mois.

Au début de Mars 1940, le Queen Elizabeth était prêt pour son voyage secret. Ses couleurs furent changées en gris, et le matin du 3 Mars, il largua tranquillement les amarres s'engageant dans la Clyde, pour atteindre la côte, où il fut accueillit par le Messager du Roi, qui présenta des ordres scellés directement au Capitaine. En attendant le messager le navire fit le plein, ajusta sa boussole, et les essais des équipements du navire furent réalisés avant qu'il n'atteigne sa destination secrète.

Le Capitaine John Townley découvrit alors qu'il devait conduire son navire non testé directement à New York sans s'arrêter, sans déposer le pilote du port de Southampton et de maintenir le silence radio. Plus tard ce jour-là, au moment où il devait arriver à Southampton, la ville fut bombardée par la Luftwaffe. Après une traversée qui dura six jours, le Queen Elizabeth avait zigzagué sur son chemin à travers l'Atlantique à une vitesse moyenne de 26 noeuds en évitant les U-boats Allemands. Il arriva sans encombre à New York et se trouva amarré à coté du Queen Mary et du Normandie. Ce serait la seule fois que les trois plus gros paquebots du monde seraient amarrés ensemble.

Le Capitaine John Townley reçu deux télégrammes à son arrivée à New York, l'un de sa femme pour le féliciter, et l'autre de Sa Majesté la Reine Elizabeth, qui le remercia pour la livraison du navire nommé ainsi en son honneur. Le navire fut amarré de telle sorte que personne ne pouvait embarquer sans autorisation préalable, les responsables portuaires inclus. La Cunard White Star publia ensuite une déclaration selon laquelle elle avait décidé, en raison de la situation mondiale, que le navire avait été déplacé vers un endroit neutre, et que pendant ce voyage il n'y avait eu aucun passager ou cargaison.

Le Queen Elizabeth quitta le port de New York le 13 Novembre 1940 pour Singapour afin d'être transformé en transport de troupes. Après deux arrêts pour faire le plein et reconstituer ses réserves à la Trinité et à Cape Town , il entra dans une cale de la Marine de Singapour afin d'être équipé pour la lutte anti-aérienne, sa coque fut repeinte en noir, bien que sa superstructure resta grise.

Le Queen Elizabeth quitta Singapour comme transport de troupes le 11 Février, et commença par transporter des troupes Australiennes en Asie et en Afrique. Après 1942, les "Queens" retournèrent dans l'Atlantique Nord pour le transport de troupes Américaines en Europe.

Le Queen Elizabeth et le Queen Mary furent utilisés comme transports de troupes pendant la guerre. Leurs vitesses élevées leur permettaient de devancer les dangers, notamment les sous-marins Allemands, ce qui les dispensait généralement de voyager avec une escorte. Au cours de son service militaire en tant que transport de troupes, le Queen Elizabeth transporta plus de 750.000 soldats, et il parcourut environ 800.000 km. Ses différents Capitaines au cours de cette période furent John Townley, Ernest Fall, Cyril Gordon Illinsworth, Charles Ford et James Bisset.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, son "alter ego" le Queen Mary resta dans son apparence grise, à l'exception de ses cheminées, qui furent repeintes aux couleurs de la compagnie. Pendant une année supplémentaire, il continua son service militaire, pour rapatrier les soldats aux États-Unis.

Le Queen Elizabeth , quant à lui, fut réaménagé et meublé comme un paquebot dans la cale sèche de Greenock située à l'estuaire de la Clyde dans le chantier naval John Brown & Company. Les six ans de service militaire qui n'avait jamais permis de faire les essais en mer officiels purent enfin avoir lieu. Sous le commandement du Commodore Sir James Bisset le navire se rendit à l'île d'Arran pour y procèder. À bord se trouvait la Reine Elizabeth et ses deux filles, les Princesses Elizabeth et Margaret. Pendant les essais, Sa Majesté la Reine Elizabeth pris la barre un petit moment et les deux jeunes Princesses enregistrèrent les deux points mesurés avec le chronomètre.
James Bisset avait reçu des instructions strictes pour l'occasion de Sir Percy Bates Président de la Cunard White Star qui était à bord lui aussi, et il n'était pas autorisé à battre le record de vitesse du Queen Mary. Après des essais concluant, le Queen Elizabeth entra finalement au service de la Cunard White Star avec deux trajets hebdomadaires vers New York. En dépit de caractéristiques analogues à sa sœur aînée le Queen Mary, le Queen Elizabeth n'obteint jamais le Ruban Bleu, à la demande de Sir Percy Bates, qui ne voulait pas que les deux navires essayent de se concurrencer.

Le 14 Avril 1947 le navire s'échoua sur un banc de sable au large de Southampton et fut dégagé le lendemain.

En 1955, lors d'une révision annuelle à Southampton en Angleterre, le Queen Elizabeth fut équipé de stabilisateurs pour réduire le roulis par mer agitée. Deux ailerons furent installés de chaque côté de la coque. Ils étaient rétractables dans la coque pour économiser du carburant dans les mers calmes, et pour ne pas gèner l'amarrage à quai.

Le 29 Juillet 1959, il entra en collision avec le cargo American Hunter à cause du brouillard dans le port de New York et fut perforé au-dessus de la ligne de flottaison.

En tandem avec le Queen Mary, et en concurrence avec l'United States, le Queen Elizabeth domina le transport transatlantique de passagers jusqu'à ce que ses profits commencent à baisser dans les années 1950 avec l'arrivée de l'avion de ligne plus rapide et plus économique. Les deux Queens devenaient de moins en moins rentables avec le prix du carburant et les coûts de main-d'œuvre augmentant sans cesse. Il fut démontré que sur une traversée transatlantique avec 1200 membres d'équipage, le navire n'emportait parfois que 200 passagers ! Pendant une courte période, le Queen Elizabeth (alors sous le commandement du Commodore Geoffrey Marr Trippleton) tenta une nouvelle formule plus rentable, en alternant des croisières comme le France, entre New York et Nassau. A cet effet, le navire reçu une refonte majeure en 1965, avec un nouveau pont lido ajouté à sa partie arrière, le renforcement de la climatisation, et l'ajout d'une piscine extérieure. Grâce à ces améliorations, la Cunard White Star espérait maintenir le navire en service au moins jusqu'au milieu des années 1970. Malheureusement, cela ne fut pas un succès total à cause des coûts d'exploitation élevés, du prix du carburant, d'un trop grand tirant d'eau (ce qui l'empêchait d'entrer dans les ports des îles tropicales), et d'être trop large pour utiliser le canal de Panama.

Mis à la retraite en 1968, il fut vendu une première fois à une société de Philadelphie The Queen Corporation pour devenir un hotel flottant et une attraction touristique à Port Everglades , en Floride. Mais le climat capricieux de cette région eu raison de l'entreprise qui fit faillite.

Mis aux enchères en 1970, il fut racheté par la société Hong Kong Tycoon C.Y. Tung afin d'être transformé en université à Port Victoria dans la baie de Hong Kong pour le programme World Campus Afloat.

Après une conversion ayant couté la bagatelle de 5.000.000 £, un incendie se déclara à bord réduisant le navire à l'état d'épave. L'eau projetée par les bateaux-pompes causère son naufrage en faisant chavirer le Seawise University tout comme le Paris et le Normandie en leur temps.

Certains pensent que des feux auraient été allumés délibérément, car plusieurs incendies éclatèrent simultanément dans tout le navire. Le fait que CY Tung avait acquis le bâtiment pour 3,5 millions de dollars, et l'avait assuré pour 8 millions de dollars, ont conduit certains à penser qu'il s'agissait d'une tentative de fraude à l'assurance.

Le bateau fut alors abandonné dans la baie de Hong Kong. En 1974 un film de James Bond : L'Homme au pistolet d'or, utilisa l'épave comme quartier général secret pour le MI6.

L'épave fut partiellement démantelée entre 1974 et 1975. La quille et les chaudières restèrent au fond de la baie et la zone fut marquée comme " dangeureuse " pour les navires avec l'avertissement de ne pas essayer d'y mouiller. On estime que près de 40-50% de l'épave était encore sur le fond marin. Dans les années 1990, les restes de l'épave furent enterrés au cours de la construction du Terminal 9, un port industriel construit sur des terrains gagnés sur la mer.