LES PREPARATIFS ET LE DEPART

Du jeudi 4 au mercredi 10 avril 1912

Southampton - ANGLETERRE


Le balais incessant des employés du port ainsi que du navire, offre le spectacle d'une fourmilière. Il faut en effet approvisionner le Titanic en vivres, boissons, bieres, linges, vaisselles, charbon, etc... afin de pouvoir entreprendre son voyage inaugural dans les meilleures conditions.

La plupart des membres de l'équipage sont enrôlés le samedi 6 avril, jour de la fin de la grève des mineurs qui perturba considérablement l'approvisionnement en charbon durant six longues semaines. Il faut en effet récupérer tout le charbon disponible sur les navires de l'I.M.M. présents dans le port afin de remplir les soutes du Titanic de 5892 tonnes au final.



Le 8 avril, c'est le lundi de Pâques, et pour la seule et unique fois de sa carrière, le Titanic arbore le grand pavois : étendage de pavillons de signalisation (alphabet et chiffres) reliés entre eux de l'avant à l'arrière d'un bateau, en passant par les mâts. Celui-ci n'est hissé qu'à quai ou au mouillage et l'ordre de rangement des pavillons fait appel à l'étiquette navale.



Le mercredi 10 avril voit le soleil se lever à 5 h 18, et les 909 marins commencent à arriver à bord vers 6 heures. A 8 heures, après que le Blue Ensign est hissé, le Capitaine Benjamin STEELE, capitaine d'armement de la White Star Line, commençe la supervision du rôle de l'équipage. Pendant ce temps, le Capitaine Maurice CLARKE, représentant du Board of Trade à Southampton, procéde à la dernière inspection qui consiste à la manœuvre des chaloupes N° 11 et 15. Il remet ensuite au Commandant Edward John Smith le Rapport d'inspection d'un navire transportant des immigrants (Certificate of Clearance).



Le train transatlantique amenant de Londres les passagers de seconde et de troisième classe arrive vers 11 h 15. Les 234 passagers de 2è classe montent par une entrée située à l'arrière au pont C, les 497 passagers de 3è classe par deux entrées, l'une également à l'arrière au pont C, et l'autre à l'arrière au pont E. Le train transatlantique des passagers de 1ère classe arrive vers 11 h 30, et les 195 passagers montent par l'avant au pont D, entrant directement dans la salle de réception.



11 h 45 : Le départ approchant, le pilote de Trinity House George BOWYER déjà à bord comme l'indique le pavillon à bandes rouge et blanche flottant à la drisse, s'apprête à la manoeuvre.

12 h 00 : Le Blue Peter (pavillon P du code des signaux) est hissé au mât de misaine, signifiant l'imminence de l'appareillage.

12 h 15 : Trois coups de sifflets retentissent et l'ordre est donné de larguer les aussières. Les remorqueurs entrent en action et placent le Titanic en aval de la rivière Test. Alors seulement, les remorqueurs s'éloignent, et le Titanic met en route ses deux hélices latérales.



Contre la marée montante, l'étrave du Titanic se met à fendre l'eau de plus en plus rapidement, et à bâbord la turbulence provoquée par les hélices créer un mouvement tel, que le New-York à couple avec l'Oceanic au poste N°38, rompt ses aussières arrières. Alors que le Titanic accélère, ne s'étant pas encore rendu compte de l'incident, la poupe du New-York commençe à décrire un arc de cercle en direction de celui-ci.

Le Commandant GALE du remorqueur Vulcan parvient à saisir l'amarre qui pend à l'arrière du New-York, avant que ce dernier ne vienne heurter l'arrière du Titanic. Le Capitaine E. J. SMITH et le pilote BOWYER réagirent instinctivement, en ordonnant En arrière, toute. D'autres remorqueurs arrivent à la rescousse, et maîtrisent alors le navire à la dérive. Le temps de remettre toutes les choses en ordre, le départ du Titanic est retardé de plus d'une heure.