LES CANOTS

Le Titanic, comme son jumeau l'Olympic, est pourvu de vingt canots de sauvetage répartis en trois types.

- Le premier, et le plus répandu, concerne quatorze des canots. Ces canots standards d'une capacité de 18,55 m3 sont conçus pour transporter 65 personnes à leur bord.

- Viennent ensuite deux canots dits « de secours » ou « d'urgence », conçus pour être mis à la mer rapidement, dans l'éventualité ou un homme tomberait à la mer, par exemple. Ceux-ci sont plus petits et déjà déployés hors de la coque, contrairement aux autres canots qui sont posés sur le pont. Le volume des deux canots de secours diffère de quelques centimètres cubes, mais leur capacité reste la même, pour 40 personnes. Ces deux canots sont situés au niveau de la passerelle de navigationc.

- À ces seize canots en bois s'ajoutent quatre canots pliables, ou radeaux de type Engelhardt. Ces canots sont constitués d'une coque en bois quasiment plate, qui constitue le fond de l'embarcation, et de flancs de toile que l'on monte lorsque le canot doit être utilisé. Le fond du canot est conçu pour flotter avec des personnes à son bord quand bien même les flancs de toile ne seraient pas montés. Leur capacité est de 47 passagers chacun. Deux sont posés à même le pont à côté des canots de secours. Les deux autres se situent sur le toit des quartiers des officiers, de part et d'autre de la première cheminée. Un dispositif est prévu pour les descendre sur le pont, mais les marins du Titanic n'ont pas été convenablement entraînés à le faire. Le soir du naufrage, ils se voient donc contraints de les mettre à la mer tant bien que mal.

Tous les canots en bois (standards et d'urgence) sont pourvus d'une plaque mentionnant leurs dimensions, volume et capacité. Sont également présents sur leur coque des plaques portant l'emblème de la White Star Line et l'inscription « S.S. Titanic ». Chaque canot est identifié par un numéro de 1 à 16 ; les numéros pairs correspondant aux canots du côté bâbord et ceux impairs aux canots du côté tribord. Les deux canots de secours sont les numéros 1 et 2, puis les autres sont numérotés de 3 à 16 en remontant vers l'arrièrec. En ce qui concerne les radeaux Engelhardt, il n'est pas certain qu'ils aient été pourvus de plaques les identifiant ou d'un autre moyen de les distinguer les uns des autres. Ils sont désignés par les lettres A à D. Les radeaux C et D sont ceux qui sont situés sur le pont, respectivement à tribord et à bâbord. Les A et B sont pour leur part placés sur le toit du quartier des officiers.

L'équipement des canots est conforme aux exigences du Board of Trade. Tous les canots (à l'exception des canots pliables) sont pourvus d'un mât, de voiles pliées dans des sacs, de rames, d'une ancre, d'un compas à alcool et son nécessaire de fixation, d'un réservoir à provisions et de gobelets. Les canots pliables sont également pourvus de rames, d'une ancre, ainsi que d'une pompe pour évacuer l'eau qui s'y infiltrerait. Enfin, les canots 3, 4, 5 et 6 disposent d'une lampe à pétrole.

Cependant, dans son ouvrage Titanic the Ship Magnificent, Bruce Beveridge explique que le fait que les canots aient été pourvus de tels équipements n'implique pas qu'ils en aient été équipés en permanence. Les compas, par exemple, trop précieux et fragiles pour être laissés dans les canots, sont stockés dans un casier sécurisé. Ceci explique que les rescapés ne les ont pas trouvé dans les canots, l'équipage n'ayant pas pensé à les leur fournir.

(Source : Wikipedia)

BABORD TRIBORD
Numéros Mise à l'eau Numéros Mise à l'eau
2 01 h 45 1 01 h 10
4 01 h 55 3 01 h 00
6 00 h 55 5 00 h 55
8 01 h 10 7 00 h 45
10 01 h 20 9 01 h 20
12 01 h 25 11 01 h 25
14 01 h 30 13 01 h 35
16 01 h 35 15 01 h 35
.
B - A -
D 02 h 05 C 01 h 40